• • Mes petits textes sur la dyspraxie

    Vous trouverez mes petites textes concernant ce si merveilleux, fabuleux handicap. Hum pardon j'ai eu un petit moment de déconnexion. Bon poésie, petit histoire, moment de vie, réussite, échec, impressions.... 

    Se que ça fait le document là enfin l'image n'est pas de moi 

     

    • Mes petits textes sur la dyspraxie

     

  • Parfois on nous regarde bizarrement

    Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on est différent

    On est intelligent.

    Les apparences sont trompeuses heureusement.

    Certes des fois on n’arrive pas à : découper écrire, tracer...

    Ou on le fait maladroitement.

    On ne demande qu’à être : aimer, écouté, respecter...

    On a un cœur qui est très grand

     Cette poésie n'est peu être pas finis 

     mais pour le moment elle restera ainsi

     


    votre commentaire
  • Voici l'extrait d'un texte que j'ai écrit il y a un moment  ça ne c'est pas passé comme ça pour moi mais je penses que c'est arrivé à d'autres personnes. 

     

    Ca y’est le diagnostic et posée après des années de lutte acharnées je sais qui je suis enfin se qu’il me sera difficile de faire en tout cas je ne suis pas la seule. C’est décidé je l’annonce à mes camarades à l’école.

    -        Bonjour je suis dyspraxique visuo spatiale et gestuelle on est  plus de 3% de la population à souffrir de  ça c’est a cause de cela que je dessine mal que je renverse souvent de l’eau quand j’ai un récipient dans les mains voila. 

    - O ma pauvre s’est grave cette maladie ? tu seras guéri quand ? est ce que c’est contagieux...? je n’espère pas

    Mes camarades me regarde d’un drôle d’air j’ai l’impression qu’il me fuit plus que d’habitude en chuchotant « regarde  on ne doit plus l’approcher elle est malade » ou se moque et dise que je suis  débile.

    Je rentre chez moi et cherche sur internet puis dans le dictionnaire met rien je fais le tour du monde en quête d’un médecin qui pourrait me guérir. Je n’en peux plus je parle à voix haute. ou il est le médecin qui va me soigner j’ai cherché partout. Bon y a les rééducations et puis…

    On sonne à l’a porte j’ouvre et je voie ma maitresse qui me demande si maman est la

    - Que se passe t’il madame un problème avec Tarata elle se tourne vers moi et me demande de monter dans ma chambre

    Je me cache dans l’escalier pour entendre ce que ma mère va dire à ma maitresse.

    - Bonsoir madame en effet votre fille  m’a annoncé qu’elle était malade elle a dit être dyspraxique visu spatiale et gestuelles il vaut mieux qu’elle reste chez vous jusqu’à sa guérison elle effraie ses camarades

    -        Ma fille n’est pas malade elle souffre d’un handicap elle aura du mal à lacet ses chaussures à faire du vélo se n’est en aucun cas une maladie et encore moins contagieux j’ai prit rendez vous avec un psychomotricien et un ergothérapeute pour qu'elle arrive à mieux suivre en classe

    -  Je pense que vous devriez emmener votre fille chez un psy elle a ces 2 bras et ces 2 jambes elle n’a pas de malformation et je n’ai jamais entendu parler de psychomotricien vous avez sans doute du avoir à faire à un charlatan

    -  Mais je connais bien ma fille et allez voir un psy ne l’aidera pas à mieux faire ses devoirs

    -Votre fille est dépressive ou à un retard mental elle est toujours fatigué toujours triste elle a l’air ailleurs  et vous devriez vérifier son travail ses devoirs sont sales et incompréhensibles il faudrait qu’elle s’applique davantage vous devriez également allez voir un psy

    -  Ecouter ma fille fait son maximum, elle est intelligente et je pense que le psychomotricien et ergothérapeute l’aideront à rendre des devoirs plus présentables ou diront se qu’il faudra qu’elle ne fasse pas ou avec une aide comme un ordinateur ou une auxiliaire de vie

    - Si vous dite que votre fille est  un minimum intelligente elle n’est pas trisomique alors il ne vous reste  plus qu’à être plus sévère quand elle a de mauvais résultats et ne  cachez pas ces échecs  derrière  cette soit disant maladie au revoir madame.

    Ma mère s’assit sur le fauteuil et se mit à pleurer. J’allais la voir :

    -   Merci maman de m’avoir défendu comme ça on a rien demandée.  je suis désolez de t’avoir déçu et fait souffrir comme ça je vais tout faire pour mieux faire mes devoirs..

    Ce que pas mal de gens ignore c’est que je passe des weekends entiers à recopier ses devoirs à essayer de découper correctement. Je ne dors que 4 heures  par nuits certaines fois quand j’ai trop de travail avec l’aide de mes parents quand ils ont le temps . Je  vient tout juste de rentrez en cp  en plus de tout ça je vais  avoir plusieurs rééducation ce qui bien que n’nécessaire et fatiguant et me laisse encore moins de temps pour faire ce que j’aime et surtout me reposer. J’aimais  dessiner mais comme  tout le monde se moque de moi j’ai  arrêté de toute façon je n’ai pas le  temps.


    votre commentaire
  • Je ne me souviens plus exactement  mais il me semble que c’était au collège en 4 éme le prof d’espagnol était absent moi et un groupe de collégienne certaines de ma classe et d'autres non que j’appellerais scorpionnes nous sommes retrouvés  dans une salle.

    Dés que je suis entrée dans celle il  émanait de celle-ci  une certaine noirceur était ce parce qu’elle était étroite ? ou parce qu'elle n’avait aucune fenêtre ? Ou du fait que    les tables était collé les unes aux autre ?ou c'était autres choses peu être..? quoi qu'il en soit  j’étais super mal à l’aise.

    A ce moment là je ne savais pas  que les minutes qui aller suivre me marquerai autant même après tant de temps. Les filles discutés rigolé  et moi je restais tranquille toute seule dans mon coin si je me souvient bien.

     Tout à coup, sans vraiment savoir pourquoi L’une des filles qui était présente dans cette salle et qui n'étaient pas dans ma classe. De plus il me semble que c’était la première fois que je la voyais. Elle  c’est avancé vers moi d'un pas assuré et elle m’a regardé fixement et froidement et elle  me dit

    - à la place de tes parents tu sais se que j’aurais fait.

    - Je lui ais  répondus que non.

     - Je t’aurais amené sur la plage et j’aurais attendu que tu ais le dos tourné  après une ou plusieurs minutes  d’un silence de plomb très oppressant.

    Elle a finit sa phrase me regardant l'ai ravie comme si elle a trouvait une super idée et elle avait çà ce moment là un grand sourire aux lèvres :

    - je t’aurais  tué en te tirant dessus  pan pan et comme si ça ne suffisait pas elle a ajoutait tu es une erreur de la nature. (ce que les autres collégiennes ont aussi dit à ce moment là et surement à d'autres moment aussi) 

    Toutes les personnes ont ricané, se sont moqué... bref elle avait l'air d'approuvés ce qu’avait dit cette collégienne. La cloche a sonné je suis sortie  en pleurant je me suis assise sur un banc 2 filles que je pensais être mes amies.  M'ont dit le plus naturellement du monde

    - c’était juste un blague.

    Je suppose que j'ai pleuré à ce moment là et les filles scorpionnes ont dus bien se marrés  (Désolé mais je crois qu'à ce moment là et peu être encore maintenant  je n'ai pas le même sens de l'humour que ces gens là alors, ce qui avec du recul est être une bonne chose)

    Et pendant des mois dès qu’elles me croisaient et elle me disait pan pan et je revoyait cette scène et je pleurais.

    Bon l'age bête la méchanceté gratuite et courante à ce moment là. On est nombreux à être mal dans sa peau mais ce n'est pas une raison pour abaisser ce qui sont plus fragile . Oui je suis plus sensible que certaines personnes, je n'ais pas les même centres d'intérêts, tss je suis différentes. Je précise que je me sentais inférieur à elle durant ces années de collèges. 

    Ca n'empêche que certaines aujourd'hui ont un boulot un mari une famille   et que moi je continues de galéré. C'est quoi mon problèmes. Bon pardon j'arrête car la grande pessimiste que je suis qui voit l'injustice partout va essayer de faire prendre des vacances à ces traits négatif de caractères au propres comme au figuré. 

     La vie continue et advienne que pourra.


    votre commentaire
  • Si vous croisez une fille qui a l'air perdue dans ses pensées

    qui fait du deux à l'heure pour porter des objets,

    pour lacer ses souliers…

    qui à l'air super concentrer

    pour tracer un simple trait

    ou tout simplement découper

    ou photocopier…

    qui dit très souvent qu’elle est fatigué

    ne la juger pas elle ne fait pas exprès

    C’est peu être une personne très intelligente

    même si certain pense qu’elle est fainéante

    car c’est vrai que ces exercices sont souvent rater

    ou qu’ils sont réguliérement inachevé

    enfin dans les temps imparti

    elle a surement dépenser beaucoup d’énergie

    et croyez moi s'il elle pouvais mieux faire 

    oui tant d'effort pour pas grand chose ça l'exaspère

    surtout que la plus part du temps le  résultat est insuffisant

    elle a beau persisté ce n'est souvent jamais suffisant

     

    Plus lente est alors ?

     Voilà ce que ça donne en finnois merci google translator

    Jos näet tyttö, joka näyttää ajatuksiinsa vaipuneena

    joista kaksi kerrallaan esineitä,

    sitominen kenkänsä ...

    joka näyttää hyvältä keskittyä

    piirtää yksinkertaisia

    tai yksinkertaisesti leikata

    tai valokopio ...

    jotka usein sanoo olevansa väsynyt

    älä tuomitse sitä ei ilmaista

    Se ei ole tarkoitus olla erittäin älykäs henkilö

    vaikka joidenkin mielestä hän on laiska

    koska se on totta, että nämä harjoitukset ovat usein jääneet

    tai puutteellisia

    lopulta annetussa ajassa

    hän luultavasti viettää paljon energiaa

    ja uskokaa minua, jos hän voisi tehdä paremmin

    niin paljon vaivaa ole paljon, että tuskastuttaa

    varsinkin koska suurimman osan ajasta tuloksena on riittämätön

    hän jatkunut kaunis se on usein koskaan tarpeeksi

     

     


    1 commentaire
  • Quand on est dyspraxique on réfléchit tout le temps. Quand on n’a pas de handicap en théorie, on le fait moins souvent.

    Pour ouvrir une bouteille quand on est dyspraxique ça peut prendre très longtemps. Quand on n’a pas de handicap la plupart du temps on le fait spontanément.

    Pour ouvrir une porte quand on est dyspraxique souvent on se pose des questions. Quand on n’a pas de handicap habituellement on n’a pas besoin de moment réflexion.

    Pour attraper un ballon quand on est dyspraxique fréquemment on ce le prend dans le front. Quand on n’a pas de handicap généralement dans les mains, on a le ballon.

    Pour se servir, un verre d’eau quand on est dyspraxique à des moments il y a de l’eau par terre. Quand on n’a pas de handicap toute l’eau la plupart du temps est dans le verre. 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique